10-02-06-IEF-ParisLa Fédération pour la Paix Universelle (FPU) et la Fédération des Femmes pour la paix Mondiale (FFPM) organisèrent une conférence sur le thème : « la nécessité d’une éducation morale ». C’était l’occasion de présenter pour la première fois en France l’un des 13 manuels d’éducation publiés par IEF (International Educational Foundation).

Comment aider nos jeunes à donner la pleine mesure de leur rayonnement intellectuel, tout en étant affectivement solides et socialement responsables ? Quels rôles et responsabilités incombent aux écoles et aux familles pour créer ce tissu social plus sain ? Les réponses à ces questions dépassent largement le cadre de la législation et des programmes gouvernementaux, aucun gouvernement ne pouvant légiférer dans ces domaines qui relèvent du cœur de l’être humain et de sa personnalité.

10-02-06-IEF-ParisDans notre époque de changements profonds, les percées stupéfiantes de la science et des technologies prennent de court les traditions et les valeurs établies. Les codes sociaux et les valeurs qui étaient de règle pendant des générations semblent souvent impuissants à endiguer les problèmes qui accompagnent ces changements. Parmi ces problèmes, la tendance pratiquement mondiale au relâchement des mœurs est aujourd’hui solidement ancrée ; tout comme la montée d’une culture du divorce et de l’éclatement des familles qui en découle, le crime et la violence, l’alcoolisme et la toxicomanie, et la destruction de l’environnement. Autrefois, ces problèmes touchaient particulièrement les sociétés occidentales, mais ils pénètrent maintenant rapidement toutes les cultures. Aucun pays ne peut se sentir à l’abri de ces influences délétères.

10-02-06-IEF-ParisNombre de ces problèmes sont dus à l’individualisme roi et à un désir de satisfaction immédiate. Les valeurs sont décrétées relatives, subjectives et arbitraires ; elles échappent à toute connaissance ou formulation ; la vie elle-même passe pour dénuée de sens. Tacite et souvent inconscient, ce point de vue alimente bon nombre de conduites destructrices que l’on observe dans le monde actuel. Sans un sentiment de valeurs partagées, à la fois absolues et immuables, la société humaine a vite fait de s’atomiser, les individus et les groupes se livrant à leurs intérêts et désirs égocentriques.

Des études montrent que là où la structure familiale se délite, les jeunes et la société dans son ensemble vont au devant de problèmes très ardus. Les problèmes sociaux sont en revanche moindres là où les familles sont fortes et stables. Des familles solides sont donc garantes d’une société saine. Première école de l’amour, la famille inculque aux jeunes un socle de valeurs et de vertus essentielles pour accomplir leurs buts dans la vie. Ainsi, des enfants que leurs parents savent aimer et guider risquent beaucoup moins de tomber dans la déviance.

10-02-06-IEF-ParisEn continuant sur leur lancée industrielle et économique, les pays du globe pourront-ils éviter les problèmes sociaux que l’enrichissement matériel a générés ailleurs ? Oui, mais à condition que ces pays adoptent et favorisent les facteurs qui rendent la société éthique. Il faut pour cela cultiver le cœur et la personnalité.
Notre rôle de parents, d’éducateurs et de dirigeants vis-à-vis des jeunes va bien au-delà du fait de leur donner un bagage intellectuel. Ce qui compte, c’est leur éducation morale et éthique, car leurs valeurs se forgent en éduquant leur cœur et leur personnalité.

Retour en haut de page
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com