Patrice HuardCauses et résolution des conflits

Intervention par PowerPoint donnée par Mr patrice Huard, membre de la FPU-France

Le contenu est une partie du matériel de IEF (International Educational Foundation)

 

• Il est bien ambitieux d’aborder les causes des conflits et leurs remèdes quand on voit le carnage des guerres modernes et la persistance des violences ethniques. L’être humain, au fond de lui, aspire au bonheur, et il doit pour cela conformer sa vie à des principes universels. Mais le bonheur durable a tout d’un rêve lointain quand la lutte continue de nous miner, de ronger nos familles et notre cadre de vie. Ici, nous aborderons le thème du conflit en mettant l’accent sur le caractère et les normes éthiques.

Avec un double souci : prévenir et résoudre les conflits.

• Il y a divers niveaux de conflit. On veut être en paix avec soi-même. Mais on se bat avec des désirs contradictoires, et on doit agir sur la peur, l’anxiété, le ressentiment, la culpabilité, la colère, ou encore ses propres dépendances. Il y a un déchirement entre les idéaux et la réalité de l’environnement.

• Les conflits rôdent dans la famille, entre amis, entre voisins, à l’école et au travail. Ceux-là mêmes qui devraient être nos partenaires d’amour font parfois lourdement obstacle à notre épanouissement affectif. La discorde peut se nourrir d’intérêts opposés, mais aussi d’envie, de ressentiment, de jalousie, voire de l’irritation causée par les différences ordinaires entre les gens. L’intensité du conflit peut varier, allant du simple sentiment d’animosité aux agressions verbales et à la violence physique.

• Les conflits en société sont de différentes sortes : tensions politiques, économiques et idéologiques, mais aussi conflits ethniques ou religieux. Ces conflits entraînent des abus, des injustices, des heurts et parfois la guerre. De nombreuses parties du monde connaissent des conflits permanents.

Causes et résolution des conflits• Des figures d’un caractère exceptionnel ont toutefois réussi à rompre le cycle de l’injustice et des conflits sans fin pour parvenir à la réconciliation. Le conflit racial menaçait ainsi de faire exploser l’Afrique du Sud, les Noirs ayant déclenché de violentes manifestations contre le régime d’apartheid. Nelson Mandela, le plus éminent dirigeant noir, fut détenu par le gouvernement blanc pendant 28 ans. Dans le pays même et dans le monde entier, on a fait pression pour qu’il soit relâché. Or, le président Frederik W. de Klerk savait que sa libération signerait la fin de son gouvernement et de son poste. Contre l’avis de son parti, il fit sortir Mandela de prison en 1990. Les appels de Mandela pour arrêter la violence ont facilité la transition pacifique vers le pouvoir noir. La conduite courageuse des deux hommes a évité un conflit de grande intensité et finalement le prix Nobel de la paix a couronné leurs efforts conjoints. La guerre des races n’a pas eu lieu, mais les facteurs d’injustice restent aigus dans la société sud-africaine. La tâche de la réconciliation à tous les niveaux se poursuit.

Les racines du conflit

Pour résoudre les conflits qui émaillent la vie quotidienne, il est essentiel d’identifier leurs causes sous-jacentes.

En observant le monde naturel et l’expérience humaine, on a débattu pour savoir si la nature humaine est foncièrement bonne ou mauvaise. Au XIXe siècle, les darwinistes sociaux, emmenés par Herbert Spencer, ont affirmé que le conflit était inhérent à la société humaine et se rattachait au processus de sélection naturelle et de « survie du plus apte », qui caractérise la nature. Les gens au pouvoir se sont servis de cette théorie pour justifier l’exploitation des autres.

Mais la biologie évolutionniste, une discipline nouvelle, voit la survie du plus apte comme un concept bien plus subtil. En étudiant le large éventail des conduites animalières, la biologie décèle chez les animaux des stratégies de coopération, d’altruisme, de sacrifice même, pour survivre, attirer des partenaires et élever leurs petits. Les sociétés humaines ont aussi un principe commun qui veut que le plus fort aide le plus faible, et que la prospérité stimule l’altruisme. Si certains tirent exemple de leur environnement, c’est en projetant semble-t-il sur des éléments du monde naturel des reflets de leur propre tempérament. Si, par exemple, on élève des coqs de combat, on n’agit pas avec la même disposition interne que si on sauve des animaux blessés. Mettre le conflit humain sur le compte des lois de la nature ne tient donc pas.

D’où le défi de chercher ailleurs ses causes profondes.

Causes et résolution des conflitsCertains penseurs ont voulu expliquer le conflit en parlant d’une nature humaine foncièrement contradictoire, déchirée entre l’esprit et la chair ou entre la raison et l’instinct. Nous avons des désirs duaux. La satisfaction de nos besoins et désirs physiques est liée aux valeurs matérielles. Il faut se nourrir, boire, se vêtir et se loger, pour satisfaire ces besoins. Nous voulons satisfaire nos aspirations et besoins spirituels à travers notre quête de valeurs spirituelles, telles que la vérité, la beauté et la bonté. Le bonheur complet se vit comme une harmonie entre le bien-être physique, lié à la satisfaction de nos désirs physiques, et le bien-être spirituel, lié à l’accomplissement de nos désirs spirituels.

La nature humaine est fondamentalement bonne, car au cœur de notre être, il y a cette capacité d’épanouissement profond et ce cœur qui cherche la joie en aimant et en étant aimé.

Cet énorme potentiel du cœur distingue l’être humain de l’animal.

La présentation sur Principes universels et buts dans la vie souligne que l’harmonie provient de l’application de principes universels. À partir de cette perspective, nous pouvons conclure que les conflits viennent de l’ignorance et de la violation de principes universels.

Des différences qui sont des complémentarités

Causes et résolution des conflitsDans l’univers, les exemples d’attraction et d’harmonie entre des aspects complémentaires sont légion. Le concept chinois du yin et du yang englobe la dualité du positif et du négatif ou du masculin et du féminin. Plus fondamentale encore, la dualité entre nature intérieure et forme extérieure. Toute entité comporte une nature intérieure invisible qui lui donne son but et sa direction, et qui se manifeste dans une apparence extérieure visible.

Les conflits éclatent quand on insiste sur les différences pour se mettre à part des autres au lieu de les prendre pour des aspects complémentaires qui sont facteurs d’harmonie. Le cas typique de la dispute conjugale provient ainsi des différences naturelles de sensibilité entre l’homme et la femme.

La même altérité, qui attire au départ un homme et une femme et enrichit leur union, peut ensuite

nourrir irritation et frustration.

A. Principe d’interaction

• La réciprocité des partenaires génère l’énergie pour que toute chose existe, agisse et se reproduise.

Le couple le plus fondamental est celui de l’esprit et du corps. L’esprit doit être le partenaire sujet et le corps le partenaire objet.

L’égoïsme qui est la racine du conflit au sein de l’individu provient de la rupture d’une interaction, comme par exemple, quand nous laissons nos désirs charnels prendre le dessus sur les désirs de notre esprit pour la vérité, la beauté, la bonté et l’amour vrai.

Le conflit interpersonnel est aussi dû à la rupture d’une interaction. L’interaction se fait tout en douceur quand les personnes dans le rôle de sujet guident celles dans le rôle d’objet, non à partir de leur point de vue mais à partir de valeurs partagées. L’interaction cesse quand un partenaire s’empare du rôle de l’autre, quand aucun des partenaires ne veut donner le premier ou quand aucun des partenaires ne veut répondre à l’autre.

• L’égoïsme est la racine du conflit. Quand on est dominé par ses désirs égoïstes, on a tendance à se détruire et à nuire aux autres.

Causes et résolution des conflitsIl nous arrive de vouloir faire du bien, faire attention aux autres et donner. Mais il nous arrive aussi de nous laisser aller à faire ce que bon nous semble. Ce conflit intérieur hante toute l’histoire humaine.

Personne n’aime passer pour égoïste ou mauvais. La personne égoïste s’invente souvent les excuses les plus subtiles pour justifier ses mauvaises actions et se donner l’apparence du bien. D’où l’impression que le côté désintéressé va plus profond dans notre nature que le côté égoïste.

Nous reconnaissons que l’altruisme est l’idéal auquel nous aspirons.

B. Interaction harmonieuse axée sur un but supérieur

Autre source de conflit : ignorer le but supérieur autour duquel l’unité est possible. Un principe universel veut que tout être ait un but individuel, qui lui assure le maintien de son existence. Ce n’est toutefois pas son but ultime, chaque être existant pour un but plus grand que soi. On doit ainsi veiller à sa santé autant pour ceux que l’on aime que pour son propre bien-être. Vitaux l’un comme l’autre, le but individuel et le but de l’ensemble doivent aller ensemble et se renforcer.

Trouver la bonne mesure entre le but individuel et le but de l’ensemble c’est un des défis de la vie.

S’occuper de soi permet de contribuer au but de l’ensemble, et le but de l’ensemble doit épauler chaque individu.

• Tendre vers la maturité du caractère, c’est apprendre à donner la priorité au but de l’ensemble. Il faut parfois sacrifier un but ou un désir personnel, autrement dit adopter un mode de vie où l’on se soucie des autres en cherchant à contribuer au but de l’ensemble.

Ce qui pose problème, c’est de placer le but individuel au-dessus du but de l’ensemble. Agir constamment de la sorte, c’est être égoïste. Quand on laisse son profit personnel nuire au bien-être des autres, le conflit ne tarde pas à éclater.

Martin Luther King – Aimer l’ennemi

Causes et résolution des conflitsMartin Luther King faisait partie d’un groupe qui avait de bonnes raisons de vouloir se venger. Mais animé par des valeurs spirituelles, il était touché par l’exemple de Mahatma Gandhi.

Il appliqua le principe de la résistance non violente pour combattre les injustices raciales aux Etats Unis.

King déclara que « l’humanité doit imaginer pour résoudre tous les conflits entre les hommes, une méthode qui exclut la vengeance, l’agression et les représailles. Cette méthode repose sur l’amour. »

Retour en haut de page
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com