Réunion FPU/FFPM-France:

10ème anniversaire du Pèlerinage des femmes pour la Paix à Jérusalem

et 

Vers la paix et une réconciliation durables en RDC, le rôle de la religion, des femmes et de la société civile

Samedi 31 mai 2014, Paris

Réunion de la FPU/FFPM-France: Rapports aux ambassadeurs de paixLes ambassadeurs de paix et quelques invités étaient conviés par les chapitres français de la Fédération pour la paix universelle (FPU) et de la Fédération des femmes pour la paix mondiale (FFPM) au "Centre Culture et Paix", samedi 31 mai à Paris, pour entendre des exposés et participer à une discussion sur deux programmes récemment coparrainés par la FPU et la FFPM à Jérusalem et à Genève.

Le premier exposé était un rapport sur le 10 e  anniversaire du projet Femmes pour la paix,organisé en Israël dans le cadre du programme MEPI, du 12 au 16 mai, par UPF (FPU) international et WFWP (FFPM) International. Il était présenté par Brigitte Wada (présidente de FFPM-France), qui avait assisté à l'événement avec deux ambassadrices de paix.

Après avoir exposé la vision et les objectifs de l'Initiative de paix au Moyen-Orient (MEPI), Mme Wada a montré un court documentaire sur le projet historique Femmes pour la paix, qui avait rassemblé en 2004 à Jérusalem 500 femmes de 40 pays sous le thème : Un cœur de mère pour la paix. Elle a parlé du pouvoir de guérison d'une mère pour un enfant qui souffre, et de l'unité entre  femmes, suggérant que l'histoire aurait pu être très différente si les mères d'Ismaël et d’Isaac, les deux enfants d'Abraham, étaient restées unies.  Elle a ensuite rendu compte de la commémoration du 10 e anniversaire à Jérusalem, de leurs visites d'un hôpital à Safed, à la frontière de la Syrie, qui traite les femmes et les enfants syriens blessés; d'une école spéciale à Sur Baher à Jérusalem; à la Knesset, où une session a eu lieu avec les participants; au mémorial de Yad Vashem; et enfin de la marche pour la paix à travers la vieille ville de Jérusalem.

Le deuxième rapport a été donné par Jacques Marion (président d'UPF-France) sur la conférence organisée le 26 mai à l'Office des Nations unies à Genève sur le processus de paix en République démocratique du Congo (RDC), à laquelle il avait participé avec quatre ambassadeurs de paix de Paris. La conférence sur le thème : Vers la paix et une réconciliation durables en RDC, le rôle de la religion, des femmes et de la société civile, avait été initiée à la demande de la diaspora de la RDC en Suisse, avec le désir de  soutenir le processus de paix dans leur pays meurtri par la guerre. Elle était coparrainée par la FPU, le Forum pour la paix de Fribourg et la FFPM.

Un message vidéo envoyé par Martin Kobler, le représentant spécial de l'ONU en RDC, a ouvert la conférence, et a été suivi par des orateurs d'organisations internationales (OIM, la Croix-Rouge), et par le délégué permanent adjoint de la RDC à l'Unesco, ambassadeur de paix, le professeur Manda Kizabi. Des experts en géopolitique, puis des femmes et des dirigeants d'ONG, de RDC et d'Europe, ont ensuite pris la parole et suscité un débat animé avec le public. Un ensemble de recommandations de tous les participants devait être, après plus de discussion au sein de la diaspora,envoyé au gouvernement, au parlement et à la société civile de la RDC, ainsi qu'aux organisations des Nations Unies.

Les deux rapports ont éclairé les participants à Paris sur la portée et la profondeur des efforts de "diplomatie citoyenne " pour consolider la paix entrepris par la FPU et la FFPM  à travers le monde. Un nouveau certificat ambassadeur de paix a aussi été décerné à un jeune musicien actif dans les réseaux sociaux.  

Retour en haut de page
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com