Intervention de Monsieur Flavio Zanonato, Parlementaire Européen Italien
Engager la société civile pour renforcer la sécurité et la cohésion en Europe

Bonne après-midi,

Je suis très heureux d'être ici aujourd'hui et d'avoir l'occasion d'accueillir cette réunion. Je crois que le thème de cette réunion est de la plus haute importance et je suis heureux de voir  ici aujourd'hui tant de visages de personnes qui travaillent directement dans le domaine de la prévention de la radicalisation.

Flavio ZanonatoJe voudrais tout d'abord remercier la Fédération des femmes pour la paix mondiale de m'avoir demandé d'organiser cette réunion et de la présence de mes collègues Silvia Costa et Cécile Kyenge.

Je vais offrir quelques brèves considérations. Je crois que, surtout en cette période de la montée de la violence et de la radicalisation, nous avons tous le devoir de renforcer le respect mutuel et de faire face aux réalités complexes de nos sociétés et à la coexistence de différentes identités culturelles et croyances. Atteindre cet objectif est non seulement une tâche pour les pouvoirs publics et les décideurs, mais aussi une responsabilité partagée de la société dans son ensemble, y compris d'un large éventail de parties prenantes comme les familles, les médias, les éducateurs, les entreprises, les dirigeants communautaires et religieux. A cet égard un rôle crucial peut être joué par la société civile et par les femmes. C'est un fait que le renforcement de l'autonomie des femmes et de l'égalité des sexes a un effet positif sur la lutte contre l'extrémisme, ainsi que pour bâtir la paix. Voilà pourquoi je pense que presque tous les groupes extrémistes ont en commun l'idée d'imposer des limites à l'accès des femmes aux services d'éducation et de santé, de limiter leur participation à la vie économique et politique, et d'appliquer ces restrictions par une violence terrifiante. Alors que les extrémistes placent la subordination des femmes au premier plan de leur ordre du jour, la promotion de l'égalité entre les sexes n'a été que secondaire dans la réponse de la communauté internationale à l'extrémisme. 

C'est pourquoi je crois que les femmes doivent être au cœur des programmes de lutte contre la violence et contre l'extrémisme. La communauté internationale doit reconnaître, comme les extrémistes le font, que les femmes responsabilisées sont le fondement des communautés résilientes et stables qui peuvent rester fermes contre la radicalisation. Les femmes apportent une perspective nouvelle à la discussion dans ce domaine et doivent donc être impliqués dans les activités habituellement interdites aux femmes, y compris dans la vie communautaire, la politique et l'application de la loi. L'égalité des sexes doit être promue de droit et les femmes doivent être habilitées à participer pleinement à la société. Les femmes responsabilisés constituent les meilleurs moteurs de la croissance et le meilleur espoir de réconciliation. Elles sont la meilleure défense contre la radicalisation des jeunes et elles peuvent concrètement s'opposer au radicalisme car, en tant que mères, elles peuvent remarquer les signes de radicalisation juvénile qui apparaissent et elles peuvent jouer un rôle crucial dans le renforcement de la résilience pendant leur jeunesse.

L'autre question clé dont nous discuterons aujourd'hui dans cette conférence est la promotion de la diversité culturelle. Améliorer la coexistence dans des sociétés diverses contemporaines et encourager le respect de la diversité culturelle doit être un des principaux objectifs de la politique européenne.  Les écoles peuvent contribuer dans ce sens en raison de leur potentiel pour favoriser une meilleure compréhension mutuelle ou focaliser sur un patrimoine culturel spécifique. Pour cette raison, je crois que l'augmentation de l'investissement public dans la qualité et l'accessibilité à 'éducation formelle, non formelle et informelle, est fondamentale pour assurer un accès égal et des chances pour tous.  Il faut veiller à la diversité culturelle et sociale dans les classes et les milieux d'apprentissage, y compris chez les éducateurs, afin de réduire le décrochage scolaire et de favoriser l'éducation des enfants défavorisés en vue de promouvoir l'équité et de favoriser la cohésion sociale entre les générations futures.

Pour conclure, je voudrais souligner que le dialogue interculturel est une condition préalable de la paix, et un outil essentiel à la gestion des conflits, en mettant l'accent sur la dignité de l'individu et la nécessité de respecter les droits humains dans le monde entier, avec une référence particulière à la liberté de pensée, de conscience et de religion. L'extrémisme violent est le plus efficacement contrecarré par une éducation plus développée, une pensée plus critique et des possibilités accrues.

Je voudrais vous remercier encore une fois et passer la parole aux experts.

Retour en haut de page
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com